PasLaBarbe

Une mine, ils appellent ça une mine !

  • Accueil
  • > Sombre est l’Aile de la Mort
Sombre est l’Aile de la Mort

Aventures à Kreutzhoffen (petit village entre Empire, Tilée, Bretonnie, Athel Loren et Principautés Frontalières)

Vos persos :

- Scronoll l’Intrépîtttt, audacieux et fallacieux farfadet de 35 cm de haut (jé)

- Jeanpy la Frange dit « La main froide », humain et pilleur de tombe de son état (dim)

- Algrimm Barbe-Rousse, fier nain très costaud qui n’en est pas à son premier gobelin (nad)

- Fingoliel Tur-Anion, elfe sylvain ami de la nature et des quatres éléments (steph)

- Lolindir Carnesîr, fier héros halfeling, prêt à accomplir des tâches héroïques telles que gravir une coline ou voyager pendant toute une journée (Dada)

Sombre est l'Aile de la Mort dans Non classé nadsteph dans Non classédada RESUME D’AVENTURE 01

Comme souvent de nouvelles têtes sont arrivées à Kreutzhoffen, petite bourgade située du sud de l’Empire, une veille de jour de marché. L’effervescence règne, des péniches s’amarrent aux quais, des échoppes sont montées, des convoi de mules et marchands vont et viennent, des mercenaires prennent un peu de repos avant d’aller vers les principautés frontalières…

Près du quais quelques badauds se font rapidement harponner par Gretchen Erdheim, la charpentière de marine qui s’occupe des quais, des avaries aux péniches, et des chargements… Contre quelques piécettes, les quelques individus aidèrent Gretchen et son fils Kaspar à décharger une péniche Tiléenne amarrée au quai. Gretchen robuste femme joviale les invita ensuite à prendre le thé.

L’auberge-restaurant « Il Tauro Rosso » étant remplie par les syndicalistas, membre d’une guilde de marins tiléens, notre petit groupe atypique se dirigea vers l’auberge de l’aigle noir sur l’autre rive en empruntant le très beau pont amovible de facture naine actionné par Thomas Schutz, éclusier qui garde également les entrepôts avec ses chiens.

03aiglenoir.jpg 04enseigne.jpg

A l’aigle noir, ils firent la connaissance de Johann Silber, le tenancier, un ancien marin très grand et baraqué au visage buriné et aux cheveux noirs bouclés. La bière, production locale de la brasserie Saufer leur fut servie par Annalise, Le repas leur fut préparé et servi par Britt Stoltenberg, jolie demoiselle de 19 ans aux cheveux blonds tressés et aux yeux bleux qui ne laissa pas indifférent un certain jeune homme boutonneux, certes, mais pas dépourvu de charme pour autant.

Dans la soirée un jeune homme teigneux et assez sec accompagné de deux acolytes déclencha une bagarre et les nouveaux venus aidèrent Johann à les mettre dehors. La bande de Hans Artblant s’en alla enfin voyant arriver Hugo Becker et Kaspar Erdheim, membres de la garde de Kreutzhoffen.

Le lendemain, jour de marché mensuel permit de découvrir les productions locales, des champignons cuits et autres mechuis de sanglier et hydromel. Des marchands vendaient armes, tissus d’Arabie,… Quelques bateleurs faisaient un petit spectacle de jonglerie au son du luth et du fifre…

01village.jpg

Une rumeur portée par un vent de bonne augure fit entendre parler d’un tiléen cherchant quelques recrues pour une expédition. Nos braves compagnons ayant le fond des poches plutôt légères se dirent qu’il serait possible d’ainsi les remplir de bonnes couronnes d’or !

Ils le rencontrèrent à l’auberge ‘le Timonier’. Mortimo Pabo est un célèbre historien et antiquaire professionnel de Remas en Tilée. Il a découvert dans d’antiques manuscrits rapportés d’arabie que le tombeau de Muammar le fou, un grand prêtre d’arabie d’il y a 1600 ans, se trouvait dans la région où il était venu pour accompagner de riches caravanes de soie et d’objets précieux.

Nos compagnons furent dès lors engagés comme garde du corps pour 2 Co par jour. Le départ fut fixé pour 2 jours plus tard.

Ils rencontrèrent le Dorfrichter, Sigismund Klippel, homme clâsse tiré à 4 épingles, cheveux grisonnants et yeux gris portant une longue redingote et une grosse chevalière. Il avait entendu parler des PJ suite à la bagarre de l’aigle noir. Il leur propose donc de l’accompagner le lendemain faire la collecte des impôts car des hors-la-loi ont été aperçus dans la région.

Ils visitent ainsi la région, où les manouvriers s’affairent dans les champs. ils passèrent par le hameau de weilerberg non loin de l’enorme demeure du comte dont le fauconnier faisait faire de l’exercice à ses oiseaux de proie, une dispute de couple à coups de balais rompit la monotonie de cette journée paisible.

Nos compagnons de retour à Kreutzhoffen préparent leurs affaires vont acheter du pain chez Armand Pain levé. « Du pain, du vin et encore du pain »… un peu niais mais bien aimable bien qu’il se fasse du souci pour son fils qui traine avec Hans. Petit passage par le bazar des sœurs Brunhilde et Selena. Ils rencontrent les deux commères du village Gudrun Mangel et Gretchen Klatsch qui causent de la fête de mitterfrühl et de la tradition du roi-grenouille ainsi que de cette petite écervelée de britt.

L’expédition se met donc en route le lendemain comportant Mortimo, une 8aine de manouvriers, 15 mules chargées d’outils, vivres, et malles de mortimo, ainsi que nos compagnons engagés comme garde du corps, cuisinier et hommes de main. Après une demi-journée, l’expédition quitte toute route connue pour s’enfoncer au plus profond des forêts du sud de l’empire. Au cours de la 2e et 3e journée l’un ou l’autre a l’impression d’une présence les entourant, mais aucune trace suspecte n’est trouvée. En fin de 4e journée, pendant que l’on monte le camp pour la nuit, survient une attaque de 6 hommes en arme. Les pjs prennent le dessus mais 2 agresseurs s’enfuient tandis que l’un meurt qq minutes plus tard de ses blessures tout en divaguant en parlant en tiléen. Le 9e jour vers midi, l’expédition s’arrête et Mortimo localise le tombeau de Muammar le fou, grand-prêtre d’Arabie…

02carte.jpg

(Kreutzhoffen et la région avoisinante – cliquez)

 

02 Le tombeau de Muammar le fou

La voilà, l’entrée du tombeau de Muammar, perdue dans cette profonde forêt de l’Empire. On aperçoit seulement le linteau dans la falaise abrupte, l’entrée étant complètement bouchée par des terres et pierres d’un ancien glissement de terrain. Une clairière est trouvée à un bon kilomètre de là, et l’on y installe le camp. Rapidement, de bonnes odeurs sortent de la cuisine de Fingoliel et un bon feux réchauffe les corps engourdis par dix jours de marche.

Après avoir dégagé un passage dans les broussailles et les arbustes, les manouvriers commencent leur patient travail de déblaiement. Les coups de pelles et de pioches rythment des journées paisibles et mornes. Mortimo Pabo est partout en même temps, surveillant l’avancement des travaux et restant à l’affût de toute trouvailles.

Cependant, des événements étranges viennent perturber cette apparente tranquillité. Des lacets de chaussure disparaissent, des noyaux de baies sont projetés, des caca de mules sont posés devant les tentes. La grogne monte parmis les travailleurs, on parle de mauvais œil… On raconte cette histoire d’une famille brûlée vive dans sa chaumière et des villageois qui virent un farfadet danser dans les flammes. Fingoliel, plus perspicace se doute qu’il ne s’agit que de facéties de Scronoll et réussit à calmer les manouvriers.

Les fouilles progressent bien et plusieurs salles ont été dégagées. Il ne se passe pas une journée sans que l’on découvre des objets, des vases, des bijoux et Mortimo exulte de joie. Il répertorie chaque objet, fait des croquis des fresques murales, prend des mesures de chaque parcelle du tombeau. On dénombre parmi les trésors du tombeau un immense vase dont les anses représentent des gorgones aux cheveux de serpents qui semblent se mouvoir, un char en bronze avec des porte-flèches et des dorures sculptées, des broches en argent dans une vasque, divers bijoux en email ou d’autres incrustés de jade…

Un brouillard s’est levé et s’épaissit de jour en jour. Une silhouette est aperçue et l’on réalise que le campement est surveillé. Mortimo pris d’un crise de paranoïa finit par avouer qu’il soupçonne son grand rival Gordino Bambini de vouloir les faire disparaître et de reprendre les fouilles pour sa propre renommée. Et de fait survient une attaque d’archers et assassins Tiléens qui aurait pût être la dernière si ce n’était la bravoure d’Algrimm Barbe-Rousse dont la hache fendit nombre d’ennemis, et de Lolindir Carnesir qui se posta dans un arbre à quelques centaines de mètres du combat au cas où l’on tenterait de s’en prendre à la réserve de provisions. Dagmar Tausk, une jeune mercenaire de Weilerberg devra se soigner pendant quelques jours suite aux blessures encaissées. Quelques temps après le combat, on entend au loin des cris atroces qui glacent le sang de tous. A quelques kilomètres de là on retrouve des reste déchiquetés et éparpillés d’un des attaquant qui avait fuit. Au sol on voit des traces de pattes de chien, de pieds nus, de sabots. Les morsures sont elles aussi des plus variées… Des hommes-bêtes. A la nuit tombée, les cris résonnent encore aux oreilles de chacun et personne ne dit grand-chose ce soir là.

Les fouilles reprennent mais voilà qu’après quelques jours les provisions arrivent à leur fin. De nouveau, les manouvriers commence à grogner et l’on reparle de la présence du farfadet quoi que l’un ou l’autre mette en cause l’appétit de l’halfeling dont la silhouette n’a de cesse de s’arrondir ! Aussi, ce dernier et Fingoliel Tur-Anion passent quelques jours à chasser en forêt pour refaire le stock de victuailles. Cela permet à Fingoliel de se ressourcer de cette vie dénuée de sens que semble poursuivre cette équipe.

On dégage une pièce arrondie dans laquelle siège une superbe fontaine de marbre. Aux murs, on voit des fresques de prêtres se livrant à divers rituels et qui semblent se mouvoir à la lumière vacillante des torches. Au fond de cette pièce un énorme bloc de pierre incrusté dans la roche semble donner vers une autre partie du complexe. Plus qu’un jour ou deux de fouille et l’on pourra tenter de l’ouvrir…

Resumé d’aventure 03

Les derniers jours de fouilles sont ponctués d’événements inquiétants. Une trace de pas apparaît subitement dans la terre meuble, des ouvriers voient d’étranges silhouette dans la forêt au crépuscule et certains ouvriers sont frappés d’une fièvre mystérieuse.

Une fois la pièce ronde dégagée, il est temps de s’attaquer au pan de mur à abattre. Après des essais infructueux d’Algrimm pour l’abbatre à coups de masse Fingoliel imagine un ingénieux système de poulie. Au bout de 2 heures d’efforts acharnés, le bloc de pierre s’écroule projetant des gravats et des débris de roches aux alentours.

L’exploration peut continuer. Mortimo est exalté par ce moment historique. L’équipe entre donc dans la suite du complexe souterrain éclairé par des torches aux lumières vacillantes. Quelques pièces dévoilent leurs trésors somptueux. Des coffres de bijoux, des robes de soies… une autre dalle de roche est repérée dans l’un des murs de la grande salle centrale aux colonnes sculptées. Le groupe s’en approche lorsqu’un hurlement en langue arabe se fait entendre par derrière.

arabes

Deux arabes portant robe et turban se sont faufilés dans le complexe, la ceinture de l’un d’eux se transforme en serpent et tombe à terre. De l’autre côté de la dalle, on entend un hurlement strident et inhumain, un coup sourd qui fait trembler le site jusque dans ses fondations et la dalle vole en éclats. Muammar le fou devenu Muammar la momie se tient devant surgit de l’obscurité bien décidé à faire regretter aux imprudent d’avoir voulu profaner le lieu de son repos éternel. Un vent d’origine magique à n’en pas douter fait choir certains des compagnons tandis que les autres  tendent de résister à la bourrasque. Scronoll frappé d’une subite stupidité s’assied à terre, l’air hébété.

Le combat s’engage. Algrimm qui après un moment de frayeur à la vue de la momie a décidé de charger Muammar a toutes les peines du monde à toucher sa cible. Lolindir prend du recul et tire à la fronde. Malheureusement sa maladresse (99%) lui fait perdre un doigt ! Dagmar, la mercenaire de Weilerberg essaie d’éviter les morsures mortelles du cobra. Fingoliel est aux prises avec un des assassins arabe qui se révèle être un adversaire redoutable. Le combat finit quand même par tourner à leur avantage lorsqu’un brouillard épais déroute tous les combattants et permet à l’assassin magicien de s’approcher de lolindir qui ne peut résister longtemps aux assauts violents et qui s’écroule inerte. Scronoll reprend ses esprits et prête main forte à Algrimm tandis que Dagmar qui est venue à bout du serpent vient aider Fingoliel qui a bien cru que ce tombeau serait son tombeau.

Le combat se termine finalement, les blessures suintantes sont nombreuses, et notre ami Lolindir est toujours inanimé au sol…

muammar

 

Retour à Kreutzhoffen (4e séance)

Le bilan du combat est lourd, Lolindir est inconscient et fingoliel et Dagmar son frappé d’un étrange mal. Leur corps et leurs pensées tournent au ralenti et leurs jambes ont de plus en plus de mal à les supporter. Scronoll observe les dagues des arabes et remarque sur les lames une substance séchée en-dessous des traces de sang : un poison humanicide. Par chance, Mortimo possède une fiole contenant quelques doses d’antidote. Lolindir bien que mortellement blessé a réchappé à ses blessures. Il faut croire que les dieux ont encore quelque projet pour lui.

Une fouille rapide des cadavres des assassins arabes révèle divers ingrédients, des vêtements en soie, dagues, une fiole de poison, la ceinture-cobra… Une bandelette de Muammar est également récupérée en souvenir.

Le lendemain, on  charge les mules de coffres et sacs lourdement remplis et l’expédition reprend la route. Au bout de quelques jours, de légères rougeurs commencent à démanger Algrimm et Lolindir qui n’ont bientôt de cesse de se gratter. Le voyage se poursuit au fin fond de ces forêts et il faut parfois aider les bêtes à traverser un ruisseau ou à escalader une pente abrupte. Les marques rouges virent au noir et commence à attirer les moustiques. De plus ces marques désormais purulentes commencent à dégager une odeur nauséabonde (quoi que le nain ne s’en rende pas vraiment compte).

Lolindir qui veut observer le phénomène du bout de sa dague s’entaille franchement le bras (99%). Algrimm qui n’en peut plus de ses démangeaisons empoigne toufu le furet de scronoll et s’en sert pour se gratter. Suite à cela, des touffes de barbes commencent à tomber de la barbe du nain ! Le soir du 9e jour des cris de loups se font entendre dans le lointain. Le lendemain, des lambeaux de chair commencent à tomber. On rejoint enfin des chemins et sentiers et en milieu d’après midi le village de Kreutzhoffen apparaît à l’horizon. En longeant les champs, une silhouette apparaît. Il s’agit de Jeanpy la Frange qui était parti voir de la famille à Wusterburg pour une affaire d’héritage.

 meregrand   hetzer

Une fois à Kreutzhoffen le premier réflexe est de filer à la demeure du Dr Entesang, grande bâtisse à la façade en colombage avec un petit bâtiment annexe à l’arrière. Un homme bossu au visage difforme signale que le docteur ne reçoit que de 15h30 à 17h et qu’il faudra revenir le lendemain. Dagmar qui loue une masure à Weilerberg explique qu’une vieille dame passe pour avoir des talents de guérison. Mère-grand Eberauer, vieille femme voûtée à la peau parcheminée, discute avec une jeune adolescente un peu sauvage (Wanda) qui s’enfuit en voyant ce groupe pour le moins hétéroclite s’approcher. Son chat Hetzer se promène nonchalamment. Mère-grand identifie le mal mystérieux : la putréfactose et passe ensuite une bonne heure dans sa minuscule chaumière au milieu de fiole et de pots contenant diverses plantes et potions à préparer un remède à appliquer sur les plaies pendant une semaine.

Ils sont désormais redevables d’un service envers Mère Eberauer. Fingoliel, à la recherche d’un maître de magie se dit qu’il reviendra dans quelques jours questionner la vieille dame.

Le groupe se rend ensuite aux entrepôts pour se faire payer la somme convenue avec Mortimo. 2 couronnes d’or par jour pendant 40 jours plus une prime, voilà qui donne du baume au cœur !

bourse

Une soirée se passe à L’aigle noir. Johann Silber, Analyse et britt sont aux petits soins pour les compagnons qui ont visiblement grande faim et grande soif. Jeanpy laisse son charme naturel agir et britt ne reste pas indifférente. Fingoliel fait connaissance avec deux érudits venus pour la fête de Mitterfrühl et la tradition du Roi Grenouille mentionnée dans un vieil ouvrage ‘les rites campagnards ténébreux’ tandis qu’Algrimm se fait rabrouer par cet étrange marin qui semble attablé à manger et boire depuis des jours.

erudit

Le lendemain, 31 Jahrdrung, le groupe va se ballader au villag histoire de faire quelques achats. Une pipe ou une pelle-bêche au bazar des sœurs Brunhilde, une armure auprès d’un marchand qui s’affaire près des quais. C’est l’occasion de boire un thé avec Gretchen Erdheim, la charpentière de marine. Armand Painlevé s’affaire à construire un enclos derrière sa maison ce qui ne l’empêche pas de fantasmer sur une certaine Carmen, belle Tiléenne ténébreuse épouse de Victor Schmidt qui tient l’écurie de Kreutzhoffen.

La fête de Mitterfrühl (5e séance)

Il règne une agitation certaine à l’aigle noir en cette journée du 32 jahrdrung, car le lendemain a lieu la fête de Mitterfrühl. Le temps est orageux, l’air est moite et lourd et les chiens ont l’air nerveux. Le cheval du Dr Entesang henni bruyamment. Aguichés par Britt Stoltenberg, plusieurs de nos braves compagnons ont décidé de participer au concours du roi-grenouille. Le lendemain, Jeanpy a dégoté un job de serveur dans l’une des nombreuses échoppes montées pour l’occasion et le reste du groupe n’hésite pas à faire quelques dégustations.

Au soir, le dorfrichter ayant revêtu son habit cérémoniel commence à présenter la soirée qui débute avec des poèmes mélancoliques de Siggy Katz. S’ensuit un spectacle d’une troupe menée avec grand talent par un elfe aux cheveux blonds tressés et aux yeux mauves. Fingoliel apprend en discutant avec lui qu’il s’appelle Asterellion, originaire de Fir ascanath (clan des ascans), et qu’il est comédien de renom en Bretonnie.

Un érudit et son apprenti prennent des notes sur cette antique tradition car voici venu le concours du roi-grenouille : 15 participants doivent manger un maximum de grenouilles en 1 minute rythmée par le son du tambour. C’est finalement Lolindir qui remporte le concours et pulvérise littéralement l’ancien score de 38 grenouilles en engouffrant pas moins de 43 grenouilles !!! Il est donc peint en vert et est transporté à travers le village sur une chaise décorée et portée par des femmes habillées de vert et de jaune.

grenouille.jpg

La soirée se termine avec les blagues courtes de Kurt et s’ensuit un banquet présidé par le nouveau roi-grenouille. A l’heure du coucher en arrivant près de l’aigle noir nos aventuriers constatent que les animaux aboient et grognent de plus belle.

 Le lendemain, les nuages noirs se font plus menaçants. 

Gretchen Klatsch et Gudrun Mangel apprennent à nos compagnons les derniers potins : Armand Painlevé a reçu un cochon de Bretonnie… comme s’il n’y avait pas assez de cochons dans l’Empire… et comme si lui-même n’était pas déjà assez cochon !!! Gretchen n’hésite pas à incriminer le déclin   moral de la société et regrette ce temps ou l’on respectait les commandements de Sigmar ! Et nos compagnons mal rasés et fatigués de la veille ne peuvent que lui donner raison.

Un peu plus tard, le groupe rencontre Raoul Mapoule qui leur demande un coup de main pour aller chercher une cargaison de vin bretoniens à Salignac la rouge. Il s’agirait d’une affaire juteuse, car le vin bretonien a connu une mauvaise année et les exportations sont donc au plus bas. Or, ces vins âpres de vendange tardive, sont fort prisés par les seigneurs des principautés frontalières. Rendez-vous est pris pour le surlendemain .

Au soir, un petit attroupement se constitue autour de Dieter Krankel le garde-chasse. Il a vu une silhouette humaine entrer dans bois puis un peu après, un loup disparaître au loin. Les villageois angoissés murmurent… le mot est lancé : un loup-garou rôde à Kreutzhoffen ! Une battue est organisée par le gros Bruno Trottel, le pompeux chef de la garde.

trottel.jpg

Les villageois armés de fourches et de torches se rassemblent à l’orée du bois, et la battue commence. Une demi-heure plus tard, le ciel s’assombrit et un vent violent se lève, des rafales puissantes prennent tout le monde par surprise, des grosses gouttes se mettent à tomber, des torches s’éteignent, des paysans commence à stresser et s’en retournent. Le chef Trottel les menace de les mettre en prison, mais ils sont déjà loin. Nos braves camarades quoi que mouillés continuent à s’enfoncer dan la sombre forêt. Ils arrivent finalement près d’une mare ou deux énormes loups sont en train de s’abreuver.

 Ceux-ci les regardent et se rapprochent à pas mesurés. Fingoliel et Scronoll ont réussi à garder leur calme et s’apprêtent à engager le combat lorsque surgit Wanda, la jeune demoiselle sauvage rencontrée précédemment chez mère grand Erberhauer. ‘Nooon, ne leur faites pas de mal !’. Les loups reprennent forme humaine et expliquent qu’ils se sont fait mordre à la dernière lune à plusieurs lieues de là. Ils ne savent que faire car ils sont rejeté par les hommes et ne savent pas comment vivre dans la nature. Soudain, la lueur des torches et bruit de bruno trottel et des villageois s’approchent. 

loup.jpg

Voyage Commercial (séances 6 et 7) 

Nos compagnons, ayant compris que les créatures sont inoffensives pour les habitants de la région décident de couvrir la fuite des 2 loups-garous. De retour au village, Trottel est furieux et hurle sur les pauvres villageois qui avaient fuit, mais Sigismund Klippel le remet à l’ordre. Les villageois se retrouvent à l’auberge de l’aigle noir pour se sécher et se réchauffer un peu. Ils sont plutôt inquiets de la présence d’un loup-garou dans la région mais l’ambiance se détend en parlant d’Armand et de sa nouvelle lubie : il promène son cochon en laisse !

Le lendemain, nos aventureux camardes retrouvent les loups en forêt, et ceux-ci leur demande de leur éviter de devoir fuir à nouveau face à la populace apeurée. Après une journée à chercher mère-grand Erberhauer en tournant autour de sa maisonnette, ils se rendent à l’évidence qu’elle n’est pas chez elle et retournent au village.

maisonnette.jpg

Le 3 Pflugzeit, notre étrange groupe rejoint Raoul Mapoule, pour escorter son convoi marchand. Après quelques jours de marche en direction des hauteurs de la passe Mont-Didier qui permet de traverser la Voûte, le convoi de mules entre dans un brouillard qui s’épaissit d’heure en heure et une tempête de neige se déclare empêchant toute progression et menaçant l’expédition. Heureusement, Scronoll trouve une grotte pour s’abriter. Celle-ci abrite des ours qui terminent leur hibernation. C’est à deux doigts d’un dramatique affrontement, qu’un lapin blanc surgit et détourne l’attention des ours.

hiver.jpg

Le lendemain, la tempête s’est calmée et l’on traverse la passe Mont-Didier pour enfin redescendre sur l’autre versant. Un long plateau rempli de végétation et de marmotes sortant çà et là de leurs terriers donnent un abri plus confortable pour passer la nuit.

Au sortir de la chaîne de montagnes de la voûte, c’est la forêt d’Athel Loren qu’il faut longer pendant quelques jours. Le chemin est bordé de prunelliers et de végétation dense, dissuadant de franchir la frontière du royaume silvestre. Scronoll est particulièrement angoissé et Algrimm grommelle dans sa barbe. Fingoliel profite de la quiétude de l’endroit tandis que Lolindir n’hésite pas à attacher son hamac pour faire l’un ou l’autre somme.

loren.jpg

Enfin, on arrive en Bretonnie. Les collines sont verdoyantes, les vignes et champs de lavandes s’étendent à perte de vue. Arrivés à Salignac-la-rouge, le contact attend avec de nombreuses caisses devant un entrepôt à la périphérie de la ville. Le quartier est insalubre et des déchets jonchent le sol. Raoul fait ses affaires puis nos aventuriers tentent également de négocier un prix… en agressant quasiment le grossiste. Fingoliel sauvera de justesse la négociation.

Après un chemin de retour vers l’empire sans encombre, le convoi se fait arrêter par des collecteurs d’impôts ambulants, portant le chapeau mou caractéristique et des boucles de fer aux chaussures. Il leur en coûte 10% de la valeur des marchandises.

Le surlendemain, alors que leur sentier passe par un pont enjambant un ruisseau pour rejoindre une route plus fréquentée, un homme bloque le passage. Il a un Manteau ample, une chemise blanche à jabot, et porte un masque de bal argenté. Il fait bondir et hennir son cheval. Puis, en sortant ses pistolets, il réclame au groupe sa cargaison contre la vie sauve, alors que ses comparses sortent des fourrés où ils s’étaient embusqués. Le chef des brigands dont le cheval est mort sous les coups d’Algrimm réussit à s’enfuir. Ce ne sera pas le cas de 2 des 3 hommes de main du bandit de grand chemin.

 bandit.jpg

séance 8 : Les joies du commerce

Enfin de retour à Kreutzhoffen en ce 26 Pflugzeit, Lolindir affaiblit par ses blessures s’empresse d’aller se faire soigner chez le docteur Entesang. Scronoll aussi s’empresse… de tomber à l’eau, ayant perdu le contrôle de sa fougueuse monture. Il faudra que ses camarades déploient toutes leurs compétences et leur magie pour le sortir de ce mauvais pas. Solidaire, Algrimm choisi de se noyer également, Lolindir se traîne par terre dans un râle d’agonie et Fingoliel joue au cowboy avec son lasso qui soudain reste scotché au sol. Quoi qu’il en soit, Scronoll s’en sort indemne, et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, les verrues d’Algrimm ne tardent pas à disparaître.

eau.jpg

Le pont amovible étant actuellement hors service, une passerelle permettant aux piétons de traverser la rivière a été disposée en face d’une riche demeure. Raoul Mapoule paie le salaire de 20co, et dépose la cargaison à la passerelle. Après avoir amené les vingt caisses de vin à l’aigle noir sur l’autre rive, Silber refuse de servir d’entrepôt. Les vingt caisses retournent donc de l’autre côté du village aux entrepôts de Gretchen Erdheim ou ils resteront pour 1 Co par semaine.

vin.jpg

Le lendemain, journée de repos et d’emplettes. Scronoll s’achète un joli costume de page aux manches bouffantes. Dans le village, le groupe est bousculé par un nain agressif avec un anneau d’acier dans le nez et fumant la pipe. C’est visiblement le garde du corps d’un homme au teint jaunâtre et les cheveux gras plaqués sur le crâne, qui leur envoie sa redoutable haleine fétide en criant « Jeunes imbéciles, vous avez failli me bousculer ! ». Nos compagnons viennent de faire connaissance avec Josef Gierig, homme pingre et dédaigneux qui a fait sa fortune quelque part dans l’empire.

10tauro2.jpg09tauro1.jpg

Un peu plus loin dans le village, nos aventuriers entendent des cris : « Mama Myrmidia ! Vous êtes là ! ». C’est Mortimo qui revient de Tilée où il a déjà apporté la majeure partie des trouvailles. Il est venu à Kreutzhoffen chercher le reste de la cargaison (grandes statues et char). Il invite le groupe à un véritable gueuletton à l’auberge du Tauro Rosso qui est le repère  des sindicalistas tiléen de passage. Il explique que son exposition connaît déjà un grand succès et qu’on parle de lui, de Remas à Miragliano, comme du plus grand archéologue de Tilée. Assis dans un coin de l’auberge, Siggy Katz joue un morceau mélancolique à la mandoline. Pendant la soirée, Armand Painlevé vient faire affaire avec Benito Sangiovesi mais rapidement, le ton monte et Benito fou de rage renvoie Armand et s’en prend à Siggy pour passer sa rage. Scronoll les a entendus parler de truffes et de prix trop élevé. Benito semblait intéressé par la provenance de ces champignons. Algrimm tente d’en apprendre plus auprès d’Armand. En vain.

Lolindir ne perd pas son temps avec de pareils enfantillages et se concentre sur les plats proposés pour en analyser les recettes. En fin de repas, Fingoliel calme les esprits en entonnant une chanson elfique aux consonances mélodieuses.

Ce soir-là, Lolindir n’arrive pas à trouver le sommeil et regardant par la fenêtre il aperçoit à quelques centaines de mètres, Armand Painlevé qui s’en va dans la foret en compagnie de son cochon qu’il tient en laisse.

cochon.jpg

Le lendemain, nos amis décident de trouver un acheteur pour leur cargaison de vin Bretonien après avoir fait un savant calcul de tarif dégressifs ;-) 

séance 9 + 10 + 11 : Multiples péripéties

La cargaison achetée devait maintenant être écoulée. 6 bouteilles furent vendues à Ermione Piedlâcheur, une halfeling au boucles dorées au service du comte Von Eisenstadt. 6 autres furent vendues au dorfrichter dont le palais se délecte de tels raffinements et autres cagnocs. Mais une maître bouteille fût forgée en secret.  Fingoliel et Scronoll se rendirent chez Mère grand pour épancher leur soif de connaissances pendant que Lolindir et Algrimm tentèrent d’épancher celle de Josef Gierig en lui proposant du vin. Gierig dont les avances à sa jeune servantes avaient été repoussées ne prêta pas attention à nos commerçants en herbe. Au prix d’âpres négociations et de quelques biscuits secs, notre groupe partit en mission pour rendre service à mère-grand et à wanda.  Un troll égaré terrorisait les animaux et présentait une menace pour la région. Après un combat des plus difficiles où Lolindir tira sur Fingoliel, le troll succomba dans une explosion de sucs gastriques hautement corrosifs et Algrimm, Scronoll et touffu faillirent y rester. Mère-grand récompensa largement la bravoure de nos 4 compères et Algrimm se fit une superbe chope dans le crâne du troll bien que çà ne compte quand même que pour un.

troll.jpg 

Quelques jours plus tard, Lolindir dans un élan héroïque, agressa sauvagement les chiens de Kaspar, le gardien des entrepôts, ce qui amena quelques déboires qui furent réglés par quelques pièces sonnantes et trébuchantes. A l’aigle noir, les rumeurs vont bon train sur le supposé loup-garou qui rôde dans la région, et certains envisagent même de faire appel à Herr Von Belsing un chasseur de monstre renommé. Quand à l’étrange client de Johan Silber, il continue de se rassasier à longueur de journée. On rencontra un pâtre menant ses chèvres paître, puis Algrimm fêta dignement le 33 Pflugzeit, jour de fête de Grungni tandis que les villageois s’amusaient à saoûler un saisonier un peu attardé portant un tatouage du nombre 313 écrit en langue Classique. Heureusement, un client mit fin à son calvaire et le raccompagna.  Le jour de marché mensuel permit d’écouler le reste de la cargaison de vin et de rencontrer Rudolf Samer, un marchand cherchant à constituer une équipe pour amener une cargaison d’armes à Mortensholm dans les principautés frontalières 20 jours plus tard. Tout cela n’empêche pas les commères du village de fustiger tous ces étrangers qui sont de passage à Kreuthoffen et pire encore ceux qui s’y installent. Lolindir sortit le grand jeu à Ermionne et l’emmena au Tauro Rosso. Nos deux apprentis devinrent sorciers.

fou.jpgarmure.jpg 

Les jours qui suivirent furent ponctués de multiples achats au bazar des sœurs Brunehilde, aux  quais ainsi qu’à la boulangerie d’Armand qui préparait une nouvelle recette qui pourrait le rendre célèbre jusqu’à la cour de l’empereur. Des billes de métal pour la fronde de Lolindir, des pièces d’armure pour Algrimm, des vêtements de voyage pour Fingoliel, un habit à grelots de fou du roi pour Scronoll et des brioches et des truffes. Point moyen toutefois de trouver de l’argent en poudre ou du souffre… 

Nos héros au grand cœur aideront également Kastor Kroeber, le meunier estropié qui avait de grandes difficultés à hisser les sacs de grains. Son épouse, n’hésitant pas à s’appesantir sur leur malheur, leurs expliqua qu’ils avaient contracté un emprunt auprès de Gierig, et que s’ils ne pouvaient s’en acquitter, la moitié de leur moulin reviendrait à l’homme d’affaires.

moulin.png

A l’aigle noir, les piliers de comptoirs n’hésitent guère à taquiner silber, prétendant qu’il était le second maître du pirate Jacques le noir. Après une tentative infructueuse de s’introduire dans le cimetière, les compères se retirèrent dans leur chambre d’où Lolindir aperçu Armand s’enfoncer dans les bois, mais il ne réussit pas à se faire entendre de lui… mais que de lui.

hobbit.jpg

Le lendemain, c’est les cris hystériques de la femme d’Armand qui réveillent l’aigle noir. Armand est mort dans d’atroces souffrances, lâchement assassiné ! …Ou du moins, Giscard le cochon, est-il revenu seul ce matin. Lolindir réussit à amadouer Giscard avec un morceau de truffe et s’attacha au cochon pour qu’il les guide jusqu’à Armand. Ce qu’il fit. Même lorsque le bon sens, le terrain difficile, les pièges à loups et les menaces du garde chasse auraient dissuadé quiconque de s’aventurer plus avant sur les terres du Comte Theodosius Von Eisenstadt… Et cette courses effrénée se termine à l’orée d’un clairière plongée dan la pénombre due au feuillage épais. Au centre de la clairière se tient une cahute en ruine et par terre, dans les broussailles notre groupe aperçut…

 

Résumé séance 14


Encore une de ces situations absurdes dans lesquelles nos compagnons semblent toujours devoir se retrouver.
Essayant avec plus ou moins de succès d’escalader le mur d’enceinte de la propriété du comte Theodosius von Eisenstadt pour venger la bastonade qu’il avait infligé à Algrimm. Mais depuis l’orée du bois, une silhouette guette les moindres gestes des aventuriers alors qu’un rapace tournoie silencieusement au-dessus de leur têtes. Fingoliel perd alors l’équilibre et tombe du mur de 4 mètres mais s’arrête à 50 cm du sol comme retenu par un invisible filin.

Le fauconnier et le garde du comte sortent alors de l’ombre et c’est en bredouillant que Lolindir prétexte qu’il était venu pour les beaux yeux d’une certaine Hermione Piedlacheur résidant là. Quelques pièces changent de main et nos compagnons s’en retournent vers Kreutzhoffen.

Le lendemain, la lueur phosphorescente qui émane de Scronoll depuis l’épisode des spores semble se transformer en teinte noirâtre et inquiétante et il commence à délirer. Le valet bossu du Dr Entesang empêche nos amis de voir le docteur et va même jusqu’à frapper Lolindir qui abandonne Scronoll devant la demeure. Algrimm et Fingoliel pendant ce temps travaillent au chargement de la cargaison de Rudolf Samer qui doit rejoindre le principautés frontalières en traversant la chaîne de Montagnes de la voûte et passer par le col des « crocs de l’hiver ».

Finalement c’est encore une fois mère grand Erberhauer qui soigne l’infortuné qui se retrouve littéralement emballé dans les bandages pour toute la semaine qui vient. Lolindir n’oubliera pas d’acheter des potions de soins qui s’avèrent assez utiles de ces temps-cis. Quand à Algrimm, il parvient à taper sur les nerfs de la vieille dame qui disparait et ne réapparait plus malgré les appesl insistants du nain. Fingoliel qui est un peu plus pourvu en jugeotte laisse un mot d’excuse dans la maison de mère grand.

Et l’heure du départ arrive. Scronoll est attaché dans le sac d’Algrimm et seule sa tête en dépasse. Algrimm, bien qu’il a chargé les mules est persuadé que le trajet doit se faire en péniche jusqu’au moment ou la caravane de mules se met en route.

Samer a également engagé deux gardes du corps Siemens, mercenaire un peu brusque et renfrogné et Hoechst, un gaillard sympa à la langue bien pendue et qui s’occupe également de la nourriture aidé en cela par Lolindir. Algrimm n’arrête pas de suivre Siemens et à lui taper sur les nerfs car il veut apprendre les ficelles du métier de garde du corps. Fingoliel profite de la belle nature pour aller se promener au milieu des bois. Quand à Scronoll, il doit lutter pour ne pas se gratter la peau.

Quelques jours ont passé et la nature devient plus sauvage tandis que le paysage devient plus escarpé. Un soir, Lolindir remarque la présence de loups qui « guetten l’horizon ». Il réveille Algrimm et puis Scronoll et le tirant par les scils. De toute façon c’est le matin et Algrimm propose à Stefan Siemens une pipe pour se réveiller et pour, dit-il, devenir des amis. Fingoliel revêt ses habits de montagne tandis que Lolindir met un bonnet péruvien, et personne ne voit ce qu’il veut dire. Samer lui porte de beaux vêtement amples.

Le 29 Sigmarzeit, au soir, Algrimm propose une pipe à Hoechst qui s’en retourne un peu choqué. Mais il faut maintenant traverser un petit pont fait de quelques planches jetées au dessus d’un précipice. Fingoliel est pris d’un terrible vertige et veut retourner à Kreutzhoffen plutôt que de traverser le pont. Finalement tous se retrouvent quand même de l’autre côté du pont et l’on s’apprête à s’avancer vers les périls de la montagne.


73 réponses:

1 6 7 8
  1. maillot de foot discount écrit:

    It’s very easy to find out any matter on net as compared to books, as I found this piece of writing at this web site.
    maillot de foot discount http://www.park-usa.com/dialogs/maillot-de-foot-pas-cher-chine.html

  2. camiseta españa 2014 barata écrit:

    Greetings! Very helpful advice in this particular article! It’s the little changes that produce the most important changes. Thanks a lot for sharing!
    camiseta españa 2014 barata http://www.un-deux-quatre.com/es/camiseta-espana-2014-barata.html

  3. boutique olympique de marseille écrit:

    Greetings! Very helpful advice in this particular post! It is the little changes that make the most important changes. Thanks for sharing!
    boutique olympique de marseille

1 6 7 8

Laisser un commentaire

Scrabble Corbières Littoral... |
Le grand sphynx |
666pokerclub |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jeux video
| DEVENIR RICHE !!
| Jeux Videos